Moi Phoolan Devi,

Un livre en bibliothèque. ( Moi Phoolan Devi, est la vie d’une petite fille qui nait dans une caste dite « inférieure  » en Inde, et qui est vendue à une famille hélas, qui ne fait que peu de cas de Phoolan Devi, et qui pour survivre dans ce pays qui ne pardonne pas de naître pauvre  et de naître femme, devient elle-même, « un très grand bandit craint de tous et très  recherchée  »  Phoolan Devi a été assassinée à l’âge de 37 ans le 25 juillet 2001. )

 Archive RFI ci-dessous :

Loin de ressembler à un conte de fée, la vie de Phoolan Devi s’apparente, par certains aspects, à différents mythes. Phoolan Devi, dont le nom signifiait «Déesse des Fleurs», représentait une véritable légende en Inde et à l’étranger. Née Cendrillon et devenue «reine des bandits», elle avait fini par se reconvertir en une sorte de Robin des bois. Née d’une famille de très basse caste, elle incarnait avant tout, pour nombre d’hindous indiens issus des castes inférieures, l’héroïne de la lutte contre les inégalités sociales.

Mariée à onze ans par ses parents à un homme de trois fois son âge, la jeune insoumise s’enfuit. Sur sa route, elle est enlevée par une bande de hors-la-loi, avec qui elle vit plusieurs années. Quelques années plus tard, une bande rivale assassine son amant. Conduite de force dans le village de Behmai, victime de mauvais traitements, elle est violée à plusieurs reprises par plusieurs habitants.

Soupçons de conspiration

En 1981, elle forme sa propre bande et se venge en tuant 22 villageois de Behmai, appartenant à une haute caste de propriétaires terriens, dans l’Etat d’Uttar Pradesh dans le centre de l’Inde. Elle prend le maquis et finit par se rendre à la police en 1983. Elle est libérée onze ans plus tard, sans même avoir été jugée pour certains des crimes que la justice lui soupçonnait d’avoir commis.

Quelques mois après sa sortie de prison, Phoolan Devi se veut le héraut des castes défavorisées. Elle se marie et fonde une organisation de défense des opprimés, avant d’entrer en politique sous la bannière du Samajwadi Party (Parti socialiste), défenseur des intérêts des basses castes. Déjà, ses meurtres consacrent sa légende. Mais la rebelle au ruban rouge doit se heurter à l’opposition farouche des veuves des hommes qu’elle a assassinés.

Illettrée et sous le coup de diverses inculpations pour des motifs allant du «meurtre collectif» à l’enlèvement à main armée, elle parvient à se faire élire au Parlement fédéral indien en 1996. Elle a ainsi été députée de l’Etat d’Uttar Pradesh, une des régions les plus pauvres du pays, de 1996 à 1998, puis a été élue à nouveau en 1999.

La vie aventureuse de Phoolan Devi a fait l’objet de plusieurs £uvres artistiques consacrant le mythe. Elle-même a écrit son autobiographie Moi, Phoolan Devi, reine des bandits. Le célèbre cinéaste Shekhar Kapur conte son histoire dans son film La reine des bandits en 1996. Irène Frain lui a consacré une biographie intitulée Devià

Le président indien K.R. Narayanan lui-même s’est déclaré extrêmement choqué par l’assassinat de Phoolan Devi. «Pauvre et exclue de la société, elle a réussi à devenir membre du Parlement», a-t-il expliqué. Le Premier ministre Atal Behari Vajpayee a également présenté ses condoléances. Des manifestations étaient signalées mercredi dans l’Etat d’Uttar Pradesh où doivent se dérouler des élections prochainement. Le chef du Samajwadi Party, Amar Singh soupçonne quant à lui «une conspiration du gouvernement au niveau fédéral et au niveau local».

Publicités