Publié et écrit  par Simple citoyenne sur Agoravox journalisme citoyen et participatif  le jeudi 21 janvier 2016

Je ne sais pas si cet article pourra vous apporter, chers lecteurs, quelques éléments de plus sur « l’accident » des essais thérapeutiques des laboratoires pharmaceutiques, mais, sans doute qu’il serait bon de faire un rappel sur des faits précédents et aussi les motivations des citoyens qui se vendent comme cobayes à des fins d’essais thérapeutiques pour des laboratoires ; car soudain, on ne parle plus des victimes à Rennes du laboratoire Bio-trial, voire de Bial  ; évidemment, des milliers et des milliers d’euros et même leur survie à eux aussi, sont enjeux ; pourtant on ne pourra pas dire que les médias n’ont pas été bavards concernant le sujet bien au contraire.

 

Londres accident thérapeutique de 2006

Contrairement à ce que l’on risque d’oublier, « l’accident » thérapeutique à Bio-trial, n’est pas une première, en tout cas, pas en Europe, loin de là ; comme on pouvait le lire il y a 10 ans, dans l’article du 27 mars 2006 du journal La Croix ; le 13 mars 2006, en Grande-Bretagne, à Londres, huit jeunes Londoniens en parfaite santé, comme le précise là encore le journal, ont été victimes d’un accident dit thérapeutique pour avoir testé un nouveau traitement pour le compte d’un laboratoire pharmaceutique.

Les « résultats » pendant et après l’essai, ont été non seulement affreux, mais en plus de cela, pour l’un d’entre eux, qui montre ce qu’il est devenu après cet accident, les séquelles sont irréversibles et vu les images, on ne peut que le constater ; concernant les autres victimes de Londres, il n’y a pas de source. Voir ci-dessous.

 

Article en date du 17 mars 2006 sur l’accident thérapeutique source

 

 

Après l’accident thérapeutique Ryan Wilson l’un des six cobayes ( Londres )

 

 

Les motivations capture d’écran voir Source

 

Ne les appelez pas cobayes ?

Des cobayes, qui selon un autre site, ne veulent absolument pas qu’on les appelle cobayes, mais  » volontaires « . Mais volontaires à l’insu de leur plein gré, car il est rare, que ces « volontaires » font cela pour rendre service à l’humanité ou même comme il est dit, par amour pour la science. Sauf cas exceptionnel, cette grande générosité corporelle ne touche pas les hommes ou les femmes, au porte-monnaie bien garni ; selon là, encore, un site d’actus, les « volontaires » toucheraient selon un témoignage jusqu’à 4500€ par an maximum, (source).

 

Les pays pauvres en première ligne.

Là, toujours, les médias ont été très bavards, et selon l’un d’eux, il dénonce même, 2061 morts, attribués aux « essais » thérapeutiques en Inde, plusieurs reportages ont d’ailleurs été faits, dont la chaîne ARTE, où les faits ne parlent que d’eux-mêmes.

 

Illustration de l’extrait de Scandale sur les essais cliniques en Inde sur ARTE

 

Et pour conclure cet article, je vais prendre une question, qui n’est pas la mienne, combien de temps devront attendre les victimes du laboratoire pharmaceutique de Rennes, pour obtenir justice et des explications, si le laboratoire, pourquoi pas, se décide soudainement à se délocaliser, c’est une hypothèse intéressante, avant d’indemniser les cobayes.

Publicités